Tout savoir sur l’accouchement dans l’eau

Généralement, la majorité des femmes vivent l’expérience traditionnelle de l’accouchement. C’est-à-dire qu’elles accouchent dans une salle d’accouchement traditionnelle et sur un lit d’accouchement. Mais depuis plusieurs années, une nouvelle forme d’accouchement séduit de plus en plus les futures mères. Il s’agit de l’accouchement dans l’eau. Ce type d’accouchement permet à la future mère d’accoucher dans la plus grande détente et en douceur. Voulez-vous en savoir plus ? Nous expliquons tout ce qu’il y a à savoir sur l’accouchement dans l’eau dans cet article. Let’s go !

Un accouchement dans l’eau : qu’est-ce que c’est ?

L’accouchement dans l’eau peut sembler être une pratique toute nouvelle. Mais pour la petite histoire, le concept fut développé depuis les années 1960 par le chercheur soviétique Igor Borisovich Charkovsky. En effet, il décida d’entreprendre la réalisation d’accouchement dans l’eau, un peu comme chez les dauphins. Par la suite, ses recherches furent développées et mises en pratique par l’obstétricien français Frédérick Leboyer puis par Michel Odent. Leur principal objectif était de soulager la future mère pendant le travail et de faciliter l’adaptation du bébé au monde extérieur. C’est ainsi que depuis, les naissances dans l’eau furent rendues possibles.

L’accouchement dans l’eau est une manière de donner naissance qui consiste à immerger la mère dans un bassin d’eau chaude lorsque le travail commence. Autrement dit, au cours d’un accouchement dans l’eau, la future maman reste dans l’eauAussi bien au moment de la « phase de poussée », qu’au moment de la naissance du bébé. A cet effet, deux situations sont à distinguer :

  • la future mère peut choisir de ne faire dans l’eau qu’une partie du travail. Il s’agit de la phase de dilatation au cours de laquelle le col va se dilater dans l’eau grâce aux contractions. En réalité, l’eau facilite la dilatation du col. Dans ce cas, au moment de la phase de poussée de la naissance du bébé, la future mère sortira de l’eau. Et accouchera de façon naturelle ;
  • la future mère peut décider également de vivre totalement son accouchement dans l’eau, du début du travail jusqu’à la fin. Elle reste donc dans l’eau jusqu’à l’expulsion et la naissance du bébé. Ainsi, après sa naissance dans l’eau, le bébé est remonté à la surface. Ensuite, le placenta peut être poussé dans l’eau ou hors de l’eau.

Comment se passe l’accouchement dans l’eau ?

Lorsque la future mère commence à ressentir des contractions, elle est immergée dans une piscine ou une baignoire d’accouchement remplie d’eau chaude. Elle a la possibilité de s’y déplacer, de se lever, de s’accroupir ou d’en sortir puis d’y rentrer à sa guise. Voyons comment se déroule le travail dans l’eau ainsi que la naissance proprement dite.

Le travail dans l’eau

Dès qu’elle en ressent le besoin, la femme enceinte s’installe dans la baignoire. Mais généralement, les médecins recommandent d’attendre que les contractions deviennent douloureuses et que le processus du travail soit enclenché. Ainsi, une fois dans l’eau, comme nous l’avions dit, la future mère peut y effectuer des mouvements comme elle le veut. La piscine d’accouchement est assez large. Tout au long du travail et de l’accouchement, la température varie entre 33°C et 37°C afin d’assurer le bien-être de la future mère.

En fait, lorsque cette dernière est immergée dans l’eau pendant la phase de dilatation, l’ouverture et la dilatation du col se font plus facilement. De plus, les douleurs s’atténuent considérablement, ce qui permet à la future maman de se détendre complètement. Pourquoi ? Parce que les études ont prouvé que la flottabilité et la chaleur atténuent la douleur et augmentent la détente. N’est-ce pas intéressant ?

une femme enceinte est en maillot de bain dans une grande baignoire bleue de forme ronde. elle se touche le ventre arrondi et regarde l'eau.
Travail d’immersion dans l’eau enceinte

La naissance du bébé dans l’eau

A cette étape, la future maman peut décider de sortir de la baignoire et d’accoucher normalement sur un lit d’accouchement. Ou décider de rester dans la baignoire d’accouchement et de donner naissance à son bébé dans l’eau. Dans ce second cas, elle accouchera dans l’eau. Comme vous l’aurez compris, l’expulsion du bébé se fera d’abord dans l’eau avant qu’il ne soit remonté à la surface. Vous paniquez certainement à l’idée qu’un nouveau soit expulsé dans l’eau ! Mais détendez-vous. Le bébé ne risque pas de se noyer, car pendant 9 mois, il est resté immergé dans le liquide amniotique. De plus, il ne restera dans l’eau que quelques secondes et sera aussitôt remonté à la surface.

Par ailleurs, du moment où il reste rattaché au cordon ombilical, il continuera à recevoir de l’oxygène et du sang. Et ce, grâce au placenta. Son réflexe de respiration ne se déclenchera pas tant que le bébé ne sera pas en contact avec l’air. Après la naissance du bébé, s’en suit la phase de l’expulsion du placenta. Elle peut être faite dans l’eau ou en dehors

En outre, pendant toutes les étapes de l’accouchement dans l’eau, la future mère est encadrée et suivie par un monitoring perméable et par une sage-femme. De cette façon, les rythmes cardiaques du bébé et celui de la mère sont surveillés. Les sages-femmes qui encadrent un accouchement dans l’eau sont d’ailleurs spécialement formées pour aider au mieux la future maman. Cette formation est nécessaire parce que dans l’eau, contrairement à un accouchement dans une salle d’accouchement normale, les gestes diffèrent. Surtout lors de la phase de « la poussée du bébé ».

Immédiatement après l’accouchement, la maman et le nouveau-né prendront place sur un lit d’accouchement. Toutefois, il est nécessaire de préciser que pendant un accouchement dans l’eau, la péridurale ne peut se faire.

vue du dessus sur une baignoire remplie d'eau et de sang, dans laquelle une femme vient d'accoucher. Elle est agenouillée avec son nouveau-né dans les bras qu'elle regarde.
Juste après l’accouchement

Quels sont les avantages à accoucher dans l’eau ?

L’accouchement dans l’eau présente plusieurs avantages aussi bien pour la maman que pour le bébé. Quelques uns de ces atouts ont été répertoriés pour vous.

Les avantages pour la maman

L’accouchement dans l’eau est incroyablement bénéfique à la future mère. Mais pour quelles raisons ? Passons-les en revue.

Moins de douleur ressentie par la maman

Il s’agit bien du plus grand avantage que présente l’accouchement dans l’eau pour la maman. Il faut dire que les femmes enceintes redoutent vraiment beaucoup les douleurs qu’elles auront à ressentir durant leur accouchement. Ainsi, d’après les études, une femme qui accouche dans l’eau ressent beaucoup moins de douleurs par rapport à une femme qui accouche normalement. Il est donc clair que l’accouchement dans l’eau réduit considérablement les douleurs ressenties par la maman. Et par conséquent, le besoin de recourir aux analgésiques et à la péridurale s’est beaucoup amoindri.

Une expérience optimale de son accouchement

Vous l’avez sûrement déduit. Les femmes qui accouchent dans l’eau vivent une bien meilleure expérience de l’accouchement que celles qui accouchent en dehors. Pour preuve, des statistiques montrent que 72% des femmes qui ont accouché dans l’eau affirment qu’elles opteront encore pour cette méthode. C’est juste impressionnant !

A cela s’ajoute les résultats de l’analyse par une revue de 170 accouchements dans l’eau en Angleterre. D’après ces résultats, la majorité de ces femmes ont décrit leur accouchement comme étant une expérience agréable et positive. Et bien meilleure par rapport à leur accouchement antérieur.

Moins d’analgésiques utilisés

Un accouchement dans l’eau implique une réduction des médicaments utilisés pour soulager la future maman des douleurs. Lorsque la future maman s’installe dans l’eau (chaude), la chaleur produit des effets extrêmement relaxant tout au long du travail. A l’instar des analgésiques qui sont donnés durant le travail en cas de douleurs vraiment intenses, l’eau chaude permet de détendre la mère et de soulager les douleurs. Elle est donc d’une efficacité sans nulle pareille.

De surcroît, les femmes qui effectuent le travail dans l’eau puis après décident d’accoucher par la méthode classique affirment ressentir peu de douleur au moment de la phase de poussée. Par contre, les femmes qui restent dans l’eau et y accouchent disent ne même pas se souvenir de quelconques douleurs après leur accouchement. Comme quoi, accoucher dans l’eau rend merveilleuse votre expérience d’accouchement.

Réduction considérable du temps de travail

L’accouchement dans l’eau rend non seulement plus facile mais aussi plus rapide le travail. En 2005, une étude casualisée sur 160 mamans a exposé une diminution de la durée totale du travail pour celles qui ont accouché dans l’eau. Une diminution du temps de travail de près de 50 minutes ! Vous imaginez tout le soulagement que peuvent ressentir ces femmes qui expérimentent l’accouchement dans l’eau ? Il importe de préciser que cette durée de travail s’applique même aux femmes qui décident de se retirer de l’eau après la phase de dilatation.

Moins de risques d’épisiotomie et de déchirure du périnée

Le fait d’accoucher dans l’eau constituerait une protection contre les épisiotomies. Pour information, l’épisiotomie est une pratique chirurgicale qui consiste à ouvrir le périnée pour permettre le passage du bébé au cours de l’accouchement. Elle est souvent la cause de déchirure du périnée du 3e ou du 4e degré. Les épisiotomies augmentent de ce fait les risques de blessures à long terme du périnée.

Après 12 études, les chercheurs ont révélé une réduction remarquable du taux d’épisiotomies pour les femmes qui ont eu à accoucher dans l’eau. Par conséquent, les risques de déchirures sévères du périnée également diminuent de manière considérable. L’accouchement dans l’eau est sans nul doute une expérience fascinante que toutes les femmes enceintes gagneraient beaucoup à vivre.

Réduction des pertes de sang

Le dernier avantage non négligeable d’un accouchement dans l’eau est assurément la diminution de perte de sang. Eh oui ! La femme enceinte qui accouche dans l’eau perd beaucoup moins de sang que celle qui accoucherait sur un lit d’accouchement.

Les avantages pour le bébé

Aucune étude probante ne permet de dire réellement si l’accouchement dans l’eau est avantageux pour le bébé. Puisque dans les cas où la naissance devient compliquée, les médecins ou les sages-femmes retirent les mères de l’eau.

Toutefois, tous les accouchements qui ont été effectués dans l’eau ont montré que le nouveau-né bénéficie d’une naissance moins traumatisante et plus douce. En outre, à sa naissance dans l’eau, le bébé est directement posé contre la poitrine de sa maman. Et cela favorise une création rapide du lien entre mère et enfant, mais aussi « le contact peau à peau ».

une femme est nue entourée d'une serviette blanche avec son nouveau-né enveloppé dedans. elle est allongée et ferme les yeux et son bébé pleure.
A la sortie

Comment préparer un accouchement dans l’eau ?

Pour qu’un accouchement dans l’eau se déroule dans les meilleures conditions, une préparation au préalable est indispensable. Ainsi, à partir de son cinquième mois de grossesse, la femme enceinte doit suivre ‘’des cours‘’. Ces cours seront dirigés par une sage-femme et seront effectués dans une piscine. De cette façon, la future mère se préparera au mieux pour vivre de la meilleure des façons possibles cette expérience unique et atypique.

Notez que ces séances de préparation peuvent être individuelles ou en groupe. Vous aurez donc à faire le choix en fonction de votre convenance. Quoi qu’il en soit, la sage-femme aura pour rôle de montrer à la future mère les techniques de détente et de relaxation. Ainsi que les techniques de respiration dès que le travail débute et au cours de l’accouchement. Un véritable apport pour la future mère, car toutes ces techniques lui permettront d’autre part de se muscler les bras, les jambes ainsi que le dos.

Un accouchement dans l’eau présente-t-il des risques ?

Malgré le faible nombre d’études sur l’accouchement dans l’eau, celles effectuées jusqu’ici n’ont révélé aucune augmentation des risques pour les bébés qui naissent dans un accouchement dans l’eau. De plus, durant certaines études, les chercheurs ont mis en exergue le fait que les enfants nés dans l’eau naissaient en meilleure santé. La probabilité qu’ils soient transférés après leur naissance ou dans les six premières semaines qui suivent, à l’hôpital pour des soins est très faible. Il convient de noter que l’accouchement dans l’eau n’est proposé qu’aux femmes enceintes dont les grossesses sont sans risques.

Néanmoins, certains experts trouvent des failles à l’accouchement dans l’eau. Selon eux, le nouveau-né et la mère sont exposés à des risques d’infections et à des problèmes hygiéniques. De plus, ils estiment que lorsque des complications surviendront durant l’accouchement, l’équipe médicale mettra plus de temps à sortir la femme enceinte de l’eau. Et ce faisant, des conséquences graves pourraient s’en suivre. En outre, des risques de déchirures du cordon et des lèvres, bien que rares sont liés à l’accouchement dans l’eau.

A cela, s’ajoute le fait que le Collège National des Gynécologues Obstétriciens Français (CNGOF) n’a émis officiellement aucunes recommandations sur l’accouchement dans l’eau. Essentiellement en raison du manque de données et d’études scientifiques dans le domaine.

Toutes ces informations peuvent paraitre déstabilisantes et contradictoires à tous les bienfaits énoncés plus haut par rapport à la pratique de l’accouchement dans l’eau. Et c’est bien légitime ! Habituellement, tout ce qui n’est pas officiellement accepté et ne fait pas l’unanimité par tous fait peur. Une chose est certaine, c’est que les études n’ont pas montré de graves risques pour le bébé. Et la plupart des accouchements dans l’eau se déroulent bien. Les professionnels de la santé y prêtent une attention particulière.

Quelles sont les contre-indications à un accouchement dans l’eau ?

Les grossesses ne se ressemblent pas et chacune est différente et unique. De ce fait, toutes les futures mères ne pourront pas recourir à un accouchement dans l’eau. Il existe en effet des contre-indications par rapport aux accouchements dans l’eau.

D’abord, seules les grossesses sans ou à très faibles risques peuvent être sujettes aux accouchements dans l’eau. En parlant de risques, il pourrait s’agir d’une grossesse gémellaire, d’un gros bébé, d’une hyperthermie maternelle ou des antécédents d’accouchements compliqués et difficiles.

Ensuite, la future mère ne doit pas présenter des pathologies telles que : le diabète gestationnel, la prééclampsie, l’hypertension ou des problèmes cardiaques. De plus, si elle est porteuse de l’hépatite B, du Sida, ou de toute autre maladie contagieuse, un accouchement dans l’eau n’est pas envisageable. L’accouchement ne doit aucunement pas présenter des anomalies fœtales importantes, des problèmes de type prématuré ou un mauvais positionnement du fœtus.

Enfin, lorsqu’elle est en travail, l’état de fatigue de la maman influence considérablement la façon dont elle accouchera. Si elle est hypersensiblehypernerveuse ou se sent mal à l’aise dans l’eau, un accouchement dans l’eau ne saurait convenir. En résumé, pour envisager un accouchement dans l’eau, le bébé et la future maman doivent être en bonne santé. Aucun problème ni aucune anomalie ne doivent être relevés.

Un accouchement dans l’eau n’est donc pas une décision qui se prend à tout hasard. Elle doit être murement et longuement réfléchie par la future mère. De plus, celle-ci doit être informée de tous les risques et des avantages liés à un accouchement dans l’eau. Toutefois, ce n’est parce qu’une femme a pu accoucher une, deux fois dans l’eau, que la troisième fois ça serait aussi possible. Chaque grossesse est différente. Alors il est important de bien se renseigner et d’avoir toutes les informations nécessaires avant de prendre toute décision.

Est-il possible d’accoucher dans l’eau à domicile ?

Un accouchement dans l’eau peut être effectué aussi bien à la maternité qu’à la maison. Tout est question de préparation et d’organisation. Lorsque la future mère décide d’accoucher à la maison dans l’eau, il faudra un encadrement et un suivi par les professionnels qualifiés. Elle devra être encadrée par un médecin ou une sage-femme qui devra la suivre tout au long de sa grossesse jusqu’à l’étape de l’accouchement.

Ainsi, le médecin devra donc être au courant du projet de la future maman et devra être compétent et formé à la pratique. La future maman peut donc donner naissance dans une piscine gonflable préalablement achetée ou dans une baignoire préparée pour l’accouchement.

Si vous êtes soucieuse et avez vraiment envie d’être encadré par toute une équipe médicale, le mieux est toujours d’aller à la maternité. A cet effet, certaines maternités en France proposent un accouchement dans l’eau. Elles sont très équipées et disposent de grandes baignoires et de sages-femmes bien formées à cette fin. Cependant, vu que ces maternités qui offrent ce service ne sont pas nombreuses, il est indispensable de se renseigner au préalable comme il faut.

A lire également : Les 6 différentes façons d’accoucher

L’accouchement dans l’eau

En fin de compte, il faut retenir que l’accouchement dans l’eau consiste à effectuer soit une partie du travail ou tout le travail dans l’eau. Dans le dernier cas, l’accouchement se fait dans l’eau. Cette pratique présente plusieurs avantages notamment la réduction de douleurs pour une expérience d’accouchement optimale et nécessite une préparation préalable.

Alors pouvez-vous envisager un accouchement dans l’eau ? Qu’en pensez-vous ? Avez-vous déjà donné naissance dans l’eau ? Dites-le nous en commentaire ci-dessous.

Panier
Retour haut de page