Bébé nageur : qu’est-ce que c’est ?

Aussitôt dès la naissance, les enfants ont besoin d’amour et de soins. Pour une bonne croissance, il leur faut grandir dans les meilleures conditions. Les parents peuvent choisir entre une série d’activités, dont l’apprentissage à la natation. Le milieu aquatique offre au bébé la liberté de bouger, de se détendre et de s’amuser. Outre son aspect ludique, la pratique du bébé nageur permet d’améliorer la motricité, les fonctions cardiaque et respiratoire, d’affiner les mouvements et de relever d’autres défis.

Bébé nageur, à la découverte du milieu aquatique

dans une piscine, une femme tient son bébé entre les bras qui est sur le dos en train de nager.
Bébé et maman à la piscine

On a souvent tort de penser qu’une séance de bébé nageur consiste à apprendre à l’enfant comment nager. En réalité, il s’agit d’une activité simplement exécutée pour permettre à l’enfant de se sentir à l’aise dans l’eau et de ne plus avoir peur d’y plonger la tête. D’ailleurs certaines communautés de piscine utilisent l’expression bébé dans l’eau plutôt que bébé nageur.

Ainsi, les séances de bébé nageur semblent plus être des moments de jeu que d’instruction. La particularité de cette activité s’articule autour des propriétés de l’eau. Notamment par sa douceur, cet élément naturel met l’enfant à l’aise comme s’il était dans le liquide amniotique. Dès les premières séances, le réflexe natatoire est souvent remarqué chez la plupart des enfants. Alors qu’ils sont immergés dans l’eau, les bébés agitent leurs membres et maintiennent leur respiration.

En général, il faut un cadre réglementaire pour la pratique de bébé nageur. Le personnel qui organise les activités se compose de spécialistes du domaine. Ces derniers optent pour une approche pédagogique et psychomotrice. Pour le milieu aquatique, les encadreurs veillent à maintenir les écarts de température entre 25 °C hors de l’eau et 32 °C dans l’eau.

Inscription à une séance de bébé nageur

Il existe généralement dans les villes, des piscines municipales où sont organisées des sessions de natation pour bébé. Les enfants âgés de 4 mois à 6 ans sont les cibles. Très en vogue, ces programmes accueillent un grand monde de familles. Il est préférable pour les parents de réserver assez tôt la place pour leurs enfants.

Toutefois, certains parents ne savent pas décider de l’âge auquel leur bébé peut démarrer les séances. C’est une question délicate, car la piscine est un lieu visité par plein de monde et le bébé est encore un être fragile.

Le bébé nageur se pratique à la mer ou à la piscine. Quel que soit l’endroit choisi, vous devez respecter un âge minimal. Les bébés de moins de 4 mois ne doivent se rendre dans aucun de ces endroits. Ils sont encore trop jeunes et ne disposent pas d’une immunité assez résistante contre les infections.

À l’âge de 4 mois, les parents peuvent inscrire leurs bébés à l’apprentissage. Les séances organisées dans les piscines publiques sont plus adaptées aux bébés d’au moins 6 mois. Dans ces endroits, l’eau est généralement moins froide que dans les piscines privées. Aussi, les enfants de 6 mois se sentent peu distraits et peu agressés par les nuisances sonores dans une piscine publique.

Tout parent doit veiller à vacciner son enfant avant de l’inscrire à la piscine. Le bébé doit avoir reçu sa deuxième dose de DTP (diphtérie, tétanos, polio).

Raisons d’inscrire votre enfant aux bébés nageurs

Les sessions de natation pour bébé sont devenues une activité vedette depuis maintenant quelques années. Voici les raisons qui motivent les parents à inscrire leurs enfants à la piscine.

Habituer le bébé au milieu aquatique

La piscine est un excellent coin pour habituer votre bébé à évoluer à son rythme dans un milieu aquatique. L’adaptation à cet environnement requiert de la patience et des efforts continus, dans le but d’acquérir une autonomie dans l’eau. Au début, les parents devront assister le bébé en le gardant dans les bras. Ensuite, il sera tout seul à même de pratiquer la nage. À l’âge de 4 mois, lorsque ses aptitudes psychomotrices seront plus avancées, il pourra flotter avec plaisir et évoluer en milieu aquatique.

Faire apprécier le moment du bain à votre bébé

Il n’est pas nécessaire de se rendre à la piscine pour habituer votre enfant à l’eau. Les moments de bains sont des occasions à saisir pour amener l’enfant à découvrir les bienfaits de l’eau. Cette habitude peut donc naître à la maison.

Participer à son développement psychomoteur

Immergé dans l’eau, le poids du corps diminue. Cette sensation facilite les mouvements. Pour un enfant, c’est un facteur essentiel pour l’aider à affiner sa mobilité. Les séances de bébé nageur permettent à l’enfant de mieux appréhender son corps. Aussi, le risque de chute est inexistant dans l’eau.

Créer un moment de complicité entre les parents et leur bébé

La complicité entre parents et bébés est un autre avantage de cette pratique. Au cours des séances, les parents doivent accompagner leur bébé, communiquer avec lui et maintenir une présence soutenue à cause du milieu public qu’est la piscine. Les parents consacrent uniquement ce moment à leur progéniture. Celle-ci se sentira davantage privilégiée.

Créer un moment de détente et de relaxation

L’eau a un effet apaisant sur la peau. Pour le bébé, la séance à la piscine est un moment pour détendre les muscles, pour se sentir plus à l’aise avec son corps et davantage libre de ses mouvements. La douceur de l’eau est bien perçue par sa peau encore fraîche. Cette sensation de bien-être demeure un temps même après la séance.

Dans l’eau, le bébé retrouve des sensations vécues au moment de la grossesse alors qu’il était entouré de liquide amniotique. Il se sent comme dans le ventre de sa maman, un milieu de paix et de douceur.

Favoriser les liens sociaux

Tout le monde a besoin de se sentir intégré en société. Pour les bébés, il est souvent organisé des groupes à la piscine. Ils se confrontent entre bébés et commencent à s’habituer les uns aux autres. Ces occasions rapprochent aussi les parents, qui peuvent ainsi partager des astuces ou des expériences vécues avec leurs petits.

Apprendre les bases de la natation

Un bébé en bas âge ne peut encore promptement nager. Toutefois, les cours à la piscine vont lui permettre de s’habituer à l’eau. Il acquiert progressivement les bases suffisantes pour la natation. Quand il sera plus âgé, l’enfant pourra aisément apprendre à nager.

Accessoires amenés pour un bébé à la piscine

dans une piscine vue du dessus, un bébé nage la tête sous l'eau vers des bras tendus devant lui. d'autres bras sont tendus derrière lui.
Nage la tête sous l’eau

À partir de quatre mois, il est possible d’emmener votre bébé à la piscine. Ce sera pour lui un moment agréable et il découvrira les sensations de confort autrefois vécues dans le ventre de maman. La piscine étant plus large et profonde que ce dernier, il est judicieux de s’apprêter en conséquence. Vous mettrez ainsi votre bébé plus à l’aise.

Avant la séance

Avant de pénétrer dans la piscine, enfilez à votre bébé une couche de bain. Il faut qu’elle soit assez étanche pour annuler tout risque d’accident. En magasin, vous trouverez de nombreux fabricants proposant des couches parfaitement adaptées au bébé nageur. Il peut également être utile de couvrir sa tête à l’aide d’un bonnet. La présence du chlore dans les piscines peut être nuisible aux cheveux de l’enfant, encore naissants.

Selon l’organisation du club de natation auquel vous êtes abonné, vous pourrez emprunter des bonnets personnalisés pour les bébés. Idéalement, les accessoires sont mis à la disposition des parents lorsqu’ils participent à un cours de natation pour bébé. Outre mesure (séance ouverte au public), les parents doivent disposer de leur propre tapis flottant ou une frite de piscine.

Dans l’eau

Quand il est dans la piscine, le bébé peut être équipé d’un accessoire de flottaison. Il peut s’agir de brassards, de bouées, et de ceintures. Chaque accessoire présente des avantages et des limites. Il faut savoir choisir en fonction de l’âge et de son agilité dans l’eau.

Par exemple, les brassards lui accordent plus de sécurité. Ils se destinent à des enfants qu’il n’est plus nécessaire de tenir dans les bras. Toutefois, cela reste un apprentissage progressif. Si vous initiez le bébé à la natation dès son bas âge, il faut environ 6 mois pour qu’il vainque sa peur de l’eau. Ainsi, il pourra développer son apnée.

Après la séance

À la sortie de l’eau, il faut envelopper le bébé dans une cape de bain ou une serviette pour qu’il n’attrape pas froid. À cause de la fragilité de sa peau, il ne faut pas excéder la trentaine de minutes à l’intérieur de la piscine. On recommande aussi une température de 32 à 34 degrés pour les séances de bébés nageurs. Il faut penser à rincer le bébé pour le débarrasser des résidus de chlore.

Vous pouvez opter pour un lavage au savon doux. L’application d’une crème hydratante est importante pour soigner la peau. Vous pouvez aussi lui rapporter le bonnet. Il faut également penser à lui donner du biberon pour compenser les pertes énergétiques.

A lire également : 15 activités pour un bébé de 1 an

Emmener bébé à la piscine : les précautions

Pour le bébé, la piscine demeure un endroit bruyant et peut-être hostile. Afin de lui faire passer un agréable moment, il faut suivre ces quelques points.

Bien choisir la piscine

Le choix de la piscine est important pour initier votre bébé à la nation. Il faut préférer les établissements suffisamment équipés qui offrent des sessions de natation pour bébé. La piscine doit contenir une eau chauffée à 32 ° C.

Si cette dernière est inférieure à 30 °C, le bébé risque de prendre froid assez rapidement. Avant toute baignade, assurez-vous que la température est normale. Généralement, les piscines pour petits possèdent une faible profondeur.

Bien s’équiper

Les bébés méritent des soins à tout moment. Il faut donc s’équiper de couches lorsque vous les emmenez à la piscine. Une serviette éponge serait d’une grande utilité. Les accessoires d’aide à la flottaison sont tout aussi importants. Vous pouvez garder sur vous des jouets de bain, les favoris de votre bébé. Ainsi, il pourrait plus facilement s’accommoder à ce nouvel espace.

La natation est une activité très énergivore. Pour cette raison, il est toujours bien de prévoir un goûter. La lotion hydratante protège sa peau contre les résidus de chlore et le dessèchement. Avant de débuter la séance à la piscine, on recommande de donner à boire à votre enfant afin d’éviter qu’il vomisse. Un sérum physiologique protège les yeux du contact avec le chlore.

Toujours avoir un œil sur le bébé

Les accidents peuvent vite arriver au niveau de la piscine. Avec leur agilité, les enfants aiment s’aventurer partout. Les parents doivent être vigilants et toujours porter le regard sur leurs bébés. On peut procurer des bracelets à ces derniers. Ce sont des accessoires équipés d’alarme sonore qui se déclenche au contact de l’eau. Toutefois, sachez que le matériel de flottaison ne vous dispense pas d’une surveillance rapprochée.

La température de l’eau étant un point déterminant pour le confort, les parents doivent être attentifs aux signes de froid. Si l’enfant a des frissons, il faut rapidement le sortir de la piscine. La coloration bleue des lèvres indique que le bébé a froid. Aussi, l’initiation à la piscine doit se faire de façon progressive. On recommande une séance de 10 minutes à la première séance. Pour les bébés de moins d’un an, la durée maximale d’une séance est de 30 minutes.

Autres précautions à prendre

Dès fois, le bébé peut ne pas vouloir se baigner. Il n’est pas nécessaire de l’y obliger. Vous risquez de provoquer un traumatisme et une phobie de l’eau. Si l’enfant souffre d’un rhume ou est malade, la baignade est proscrite. Cela vaut également quand il vient à peine de manger. Ces mesures préviennent tout risque d’accident. Ainsi, vous garantissez à votre petit un agréable moment de natation.

Afin qu’il s’accommode bien aux activités aquatiques, vous pouvez l’inscrire à un groupe de bébés nageurs. Si les séances sont tenues régulièrement, votre bébé pourra tisser des liens d’amitié avec les autres enfants. Qui sait ? Ils deviendront peut-être de véritables amis que rien ne pourra séparer.

Les dispenses de piscine

Selon le programme officiel de l’Éducation nationale de la maternelle jusqu’au lycée, la natation est une activité obligatoire. Toutefois, certains enfants peuvent s’en abstenir pour des motifs plus ou moins appréciables. Ils doivent présenter une dispense médicale pour justifier leur non-participation à la natation.

Ce document autorise l’enfant à ne pas participer à ce sport sur une courte période ou sur la totalité de l’année scolaire. Quand les raisons évoquées sont acceptables, il peut tout de même être demandé à l’élève d’être présenté aux activités. Par ailleurs, l’établissement peut lui trouver une autre activité à la même heure. Le certificat d’inaptitude n’a pas la même fonction que la dispense de natation.

Certificat médical d’inaptitude à la natation

On désigne par inaptitude une incapacité physique à participer à une activité. Dans ce cas de figure, le médecin peut délivrer un certificat médical d’inaptitude à la pratique de la natation. Il peut s’agir d’une invalidité permanente ou temporaire, partielle ou totale. Aussi, le certificat précise la nature de l’incapacité, c’est-à-dire si elle est due aux mouvements, aux efforts, aux situations et aux environnements spécifiques. Alors, les conditions peuvent être créées pour rendre plus ergonomique le cadre à l’enfant.

Points essentiels dans une dispense de natation

D’abord, une dispense de natation doit être délivrée par un médecin sur action des parents de l’élève bénéficiaire. Cette note est transmise à son professeur d’Éducation physique et à la direction de l’école. Les encadreurs se montrent de plus en plus réticents à accepter les dispenses, car celles-ci sont demandées pour des raisons capricieuses. Si vous souhaitez obtenir une dispense pour votre enfant, voici une liste de motifs acceptable par le corps professoral :

  • les troubles de l’audition : otite, infections ;
  • les troubles respiratoires : asthme, bronchite ;
  • les douleurs musculaires et/ou articulaires : tendinite, torticolis, entorse ;
  • les verrues plantaires (très contagieuses) ;
  • la convalescence après une chirurgie ;
  • une fracture en pleine consolidation (plâtre) ;
  • l’aqua phobie.

Il revient à l’enseignant d’apprécier le motif avancé dans le certificat médical. L’avis du chef d’établissement peut être réclamé en cas de motif religieux.

Depuis le 13 septembre 1989, l’Éducation nationale rendait public un arrêté sur les mesures médicales d’inaptitude à la pratique du sport. On retient que la dispense doit mentionner le caractère partiel ou restrictif de l’incapacité, ainsi que sa durée d’application. Lorsqu’il s’agit d’une incapacité partielle, le certificat doit indiquer les informations pour une bonne adaptation au cours de natation. À passer trois mois de non pratique, le cas est suivi par le médecin de l’école. Ce dernier assure la liaison entre l’enseignant, la famille et le corps paramédical.

Bébé nageur : en résumé

Pour être restés neuf mois dans le liquide amniotique, tous les nourrissons ont développé un réflexe natatoire, c’est-à-dire une certaine apnée. Vous vous en rendrez compte dès que vous les immergez dans l’eau : ils cessent de respirer et agitent leurs jambes et leurs bras. L’eau est alors un liquide dans lequel, ils peuvent retrouver les sensations vécues autrefois.

À travers les séances de bébé nageur, l’enfant se familiarise avec le milieu aquatique. L’utilisation d’accessoires tels que les frites géantes, les tapis flottants et d’autres objets peut faciliter la pratique de cette activité. Il faut absolument que les sessions de natation demeurent ludiques pour l’enfant. Pour cela, le choix du club de piscine compte également. Dans son programme, le personnel doit proposer une variété d’exercices propices à l’éveil, la psychomotricité et la coordination des mouvements chez l’enfant.

Ainsi, le bébé pourra tirer le maximum de profit de ces activités. Il peut acquérir une meilleure confiance en lui. Les parents pourront observer les progrès à la façon dont il joue au moment du bain à la maison. En général, le bébé est à son aise au point de plonger la tête sous l’eau. Aussi, il n’a plus peur de recevoir des éclaboussures d’eau sur le visage. 

Envisagez-vous de pratiquer avec votre bébé ? Connaissiez-vous déjà ? Dites nous en commentaire.

Panier
Retour haut de page