Comment se passe le retour à la maison avec son bébé ?

L’accouchement est une épreuve ardue. Néanmoins, l’évènement signe le début d’une aventure marquant l’arrivée d’un nouveau membre dans votre foyer. À la maternité, les premières heures au chevet de votre bébé sont magiques. La vue du petit être efface les heures de souffrance prénatale. La présence des professionnels de santé semble d’autant plus rassurante. Le réel défi commence à la maison, quand vous êtes livré à vous-même avec votre bébé. Voici alors comment se passe le retour à la maison avec son bébé.

Les pleurs : animation principale de la maison

Les pleurs et les cris de votre bébé vous déstabilisent-ils ? Ils sont pourtant un moyen de communication.

Savoir interpréter les cris de bébé

Chaque cri exprime un besoin, un inconfort, une douleur ou une frustration. Votre mission est d’apprendre à déchiffrer le code. Au fil du temps, vous discernerez la signification de chaque larme.

En outre, un cri court et vigoureux s’alternant de brèves pauses traduit la faim de votre enfant. En l’absence de nourriture, votre bébé élèvera le ton jusqu’à parvenir à ses fins.

Entre sa 3è et la 4è semaine de vie, votre enfant subit un épisode de désespoir et pleure à la tombée de la nuit. Cette crise nocturne matérialise son adaptation à l’alternance jour/nuit.

Bébé exprime sa fatigue par des cris plaintifs et monotones qui s’étalent plusieurs minutes. Au moment de l’endormissement, il pleurnichera quelques instants avant de tomber dans les bras de Morphée.

Calmer les crises de nerfs de bébé

Répondez le plus tôt possible aux pleurs de votre enfant durant ses 4 premiers mois. Prenez-le dans vos bras et consolez-le. Cependant, laissez-le sur place s’il pleure en dormant. Le phénomène baptisé « sommeil agité » est un passage obligatoire pour les nouveau-nés. Un contact physique (des caresses sur le visage, de légères tapes dans le dos…) le calmera. Votre chaleur corporelle l’apaise tout autant, mais rien ne vous empêche de le bercer.

Les câlins, les « peau à peau », les berceuses, l’écoute de musique douce et les petits massages sont d’autres moyens efficaces d’atténuation des crises infantiles passagères.

Votre bébé est souvent sujet à des troubles digestifs et des maux de ventre. Pour le calmer, placez votre avant-bras sur vos genoux et posez-le à plat ventre sur votre avant-bras.

L’allaitement de bébé à la maison

Un nouveau-né consomme un biberon toutes les 3 heures, mais l’intervalle varie d’un bébé à un autre. Voici comment se déroule l’allaitement à la maison.

La première séance d’allaitement à la maison

La première séance d’allaitement en toute autonomie à la maison est un défi de taille pour les mères « débutantes ». La maîtrise vient en pratiquant. Pour bénéficier d’une première bonne expérience, rassemblez les conditions favorables : le confort pour vous et la sécurité pour votre bébé. Dans cette lancée, réalisez la séance dans un emplacement calme et propice à la complicité mère-enfant.

Certaines mamans aménagent un espace personnalisé. Une chaise confortable munie de quelques coussins et une table équipée de collations saines, des langes et de l’eau font un excellent coin d’allaitement.

Comment allaiter votre bébé ?

La séance se déroule en position assise ou allongée sur le côté. Prenez votre enfant et placez-le de sorte à avoir sa tête dans l’axe de son corps. Alignez son épaule et sa hanche, si besoin, avec un oreiller. Assurez-vous que sa bouche se situe à la hauteur du sein. La posture facilite l’entrée du mamelon et une grande partie de l’aréole dans la bouche.

Les seins ne réclament aucun soin particulier tout au long de la période d’allaitement. Toutefois, maintenez une bonne hygiène de vie (douche, alimentation saine, pas de tabac ni d’alcool).

Évitez les produits parfumés. Votre enfant doit respirer et sentir votre odeur naturelle sans artifice.

Par ailleurs, votre lait maternel fait aussi office d’hydratant cutané. Au terme de la tétée, appliquez-en sur vos seins afin d’hydrater vos mamelons.

Solliciter l’aide de votre partenaire

Votre partenaire vous secondera durant les premiers jours d’allaitement à la maison. Son intervention consolide son lien avec son enfant.

Son premier rôle est de surveiller la séance et de répondre à vos moindres désirs : redressement du coussin, grattage d’une partie de votre corps…

La contribution du partenaire favorise le bon déroulement de l’allaitement. D’ailleurs, sa présence encourage la mère à rallonger la durée de l’allaitement.

Il peut aussi réguler les visites et vous laisser profiter d’une courte sieste après une bataille acharnée avec votre bébé. Son aide vous sera d’un grand soutien, notamment si vous devez jongler avec 2 bébés à la fois ou gérer un bébé et son aîné en bas âge.

un couple de jeunes parents tiennent leur nouveau-né dans les bras. la maman porte le bébé tandis que le papa fait un bisou sur le front du bébé.
Sollicitez l’aide de votre partenaire, vous êtes 2 à vivre cette expérience

Choisir entre l’allaitement au sein et l’allaitement au biberon

Si certaines femmes nourrissent leur enfant au sein, d’autres préfèrent le biberon. Le choix est donc subjectif. Un trouble physionomique peut aussi influencer la décision finale. En effet, certaines femmes ne peuvent produire du lait maternel.

En outre, la capacité de stockage de lait est variable. Quelques mères en stockent 80 ml, mais d’autres conservent jusqu’à 600 ml. Certains bébés se nourrissent ainsi à 4 reprises en 24 heures, tandis que d’autres boivent 12 fois en une journée !

Restez vigilante dans le cas d’un allaitement au biberon. Vérifiez la cadence de votre enfant. Il risque d’ingurgiter de l’air s’il boit rapidement. Limitez aussi la durée à 20 minutes (durée standard de succion).

Le sommeil de bébé à la maison

La durée de sommeil d’un nouveau-né se situe entre 20 à 23 heures. Elle est scindée en période de 3 heures.

Éviter la perturbation du sommeil de votre bébé

Une seule règle régit le sommeil de bébé : pas de dérangement sous aucun prétexte. Rien ne doit perturber le sommeil d’un bébé, sauf sur demande express du pédiatre. Pas question de le réveiller pour la tétée, le bain ou pour une visite inopinée.

Vous devez vous plier à son rythme de sommeil, période durant laquelle se construisent les circuits de son cerveau. À ce stade, votre enfant produit aussi ses hormones de croissance.

Durant ses premiers mois, son horloge interne s’oppose avec l’horloge de 24 heures. Son cycle obéit à un autre processus : dodo – tétée – dodo – tétée et ainsi de suite.

Vous devez l’accoutumer au jour et à la nuit. Même s’il dort durant la journée, ouvrez les volets et laissez la lumière inonder la pièce.

Adopter un rythme de sommeil régulier

Son temps d’adaptation après sa naissance dure 3 à 6 mois, voire plus. Avant sa première année, votre bébé enchainera dans la journée les siestes de 50 à 70 minutes. Si certains sommeils sont calmes, d’autres seront agités.

Par ailleurs, si votre bébé a raté le début de son cycle de sommeil, patientez jusqu’au suivant. Au moindre signe de fatigue, mettez-le dans son lit ou son berceau, bien au calme dans une pièce de 18 à 20 °C.

Contrairement à la croyance populaire, un bébé n’a pas peur du noir. Cette crainte apparaît de manière progressive à partir de ses 2 ans. En attendant, couchez-le dans l’obscurité durant la nuit.

Les soins de bébé à la maison

Le change, le bain et les soins du cordon ombilical n’ont rien d’évident au début. Ces quelques conseils vous aideront à surmonter les obstacles de votre nouveau quotidien.

Découvrez les indispensables de la trousse de toilette de bébé

Changer votre bébé

Les fesses de bébé sont soumises à rude épreuve. Cette partie du corps s’expose en permanence aux frottements des couches et au contact de l’urine et des selles. Une trop forte humidité rougit et endolorit la zone.

Le change régulier prévient d’un érythème fessier. Sa couche doit rester propre, surtout avant son sommeil.

L’application d’une crème apaisante pour bébé, d’eau et du savon sans parfum ou du liniment oléocalcaire avec de l’huile d’olive sur sa peau sensible évite toute forme d’irritation.

Par ailleurs, le protocole de change obéit à un mouvement spécifique. Commencez de l’avant vers l’arrière afin d’éviter l’accumulation d’impureté dans la zone intime.

Nettoyer votre bébé

La délicatesse de la peau de votre enfant nécessite un entretien fastidieux. Elle demeure incapable de se défendre et se dessèche vite. La toilette débarrasse sa peau des microbes. L’opération représente d’autant plus un moment de partage privilégié entre vous et votre enfant.

Le nettoyage implique l’usage de produits doux pour la peau et d’une eau à 37 °C. Exit les savons parfumés réservés aux adultes et place aux produits sains, neutres et dépourvus de substance chimique.

Profitez du bain pour inspecter les plis et vérifier l’absence d’irritations et de rougeurs. Ces inflammations sont souvent bénignes, mais deviennent problématiques si elles persistent au bout de 48 heures.

Lavez le contour des yeux, les oreilles et le nez avec un coton trompé dans du sérum physiologique.

Après le bain, séchez-le au moyen d’une serviette sèche et douce en partant de la tête jusqu’à ses pieds.

Les soins du cordon ombilical

Les professionnels de la maternité vous ont enseigné les soins basiques réservés au cordon ombilical. À titre de rappel, lavez-vous les mains avant l’opération. Vérifiez l’absence de débris sur la zone. Utilisez des cotons-tiges imbibés d’eau et non d’alcool (qui retarde la chute du cordon).

Commencez à la base et ensuit le contour du cordon. Puis, séchez toutes les surfaces avec des cotons-tiges secs. Ne couvrez pas le nombril d’une compresse. La zone doit rester sèche afin de prévenir tout risque d’infection. En s’asséchant, le cordon ombilical vire au noir. Il tombe au bout du 7è au 20è jour.

Si la moitié se détache, vous apercevrez des traces de sang, mais rien d’alarmant. Toutefois, consultez un médecin si vous constatez :

  • de la fièvre ;
  • une rougeur persistante ;
  • une odeur singulière ;
  • un écoulement de sang ;
  • du pus à la base du cordon.

Prévenez aussi le pédiatre si vous apercevez une mauvaise cicatrisation du nombril.

un bébé est à plat ventre sur un tapis dans le salon, avec la tête relevée et qui se tient à l'aide de ses bras. dans le fond, on aperçoit une jeune fille et sa mère qui discutent assises sur le tapis.
Bébé découvre son environnement sur le ventre

Les sorties avec votre bébé

Les sorties sont autorisées si votre bébé se sent d’attaque. Patientez jusqu’à l’arrivée des beaux jours pour entamer une escapade familiale.

Choisir le bon moment

Assurez-vous de respecter à la lettre les conditions de sortie. Évitez les promenades sous un temps pluvieux et choisissez une journée ensoleillée. Habillez votre enfant selon la saison. En période estivale, contentez-vous de vêtements légers. Durant la période hivernale, couvrez votre bébé de la tête au pied et rentrez si sa bouche vire au bleu.

Si la promenade se déroule dans sa poussette ou son landau, soutenez sa tête dans l’axe du corps. Toutefois, préférez un porte-bébé ou une écharpe. Les dispositifs favorisent le contact de peau contre peau et rassurent votre enfant.

Par ailleurs, fuyez les emplacements bruyants, en l’occurrence les parcs noir de monde et les magasins inondés de foule.

Comment organiser la sortie ?

Rassemblez le matériel nécessaire, à savoir :

  • un sac à langer ;
  • une poussette ;
  • un lit parapluie ;
  • des couches ;
  • le biberon (s’il est nourri au lait infantile) ;
  • des lingettes.

Avant ses 6 semaines, écourtez les promenades à quelques minutes, notamment en hiver. À partir de ses 6 semaines, vous pourrez gambader en toute quiétude dans les emplacements paisibles.

Équilibrez les tâches avec votre partenaire et portez à tour de rôle votre enfant. Si vous passez une soirée avec votre enfant, anticipez le lendemain : son change, son biberon matinal…

Les bonnes astuces pour un quotidien paisible avec votre bébé

Le bonheur de votre petite famille tient en une multitude d’astuces simples, voici lesquelles.

Le travail d’équipe : la clé d’un quotidien calme

Le retour à la maison demande une grande investigation du couple. Répartissez les tâches de façon équitable. De cette manière, vous évitez l’épuisement général et nouez, par la même occasion, un lien fort avec votre bébé.

Votre partenaire apporte sa pierre à l’édifice. D’autant qu’il aura du temps à revendre durant son congé de paternité. Son devoir est de vous seconder dans votre rôle de mère. Il prend le relais la nuit quand vous êtes exténuée. Il berce bébé. Il lui donne le biberon. Il fait son rot. Il constitue votre stock de nourriture et remplit le congélateur avec des plats préparés. Facilitez-lui le travail et préparez-lui sa liste de tâches.

Une aide-externe n’est pas de refus

L’arrivée d’un enfant change votre organisation interne. Les nouvelles tâches qui vous accaparent risquent de vous surmener. Aussi, une aide externe est souhaitable. Acceptez les coups de main de vos proches pour vous soulager des travaux rudimentaires.

Déchargez-vous de certaines corvées afin de vous donner corps et âme à votre enfant. Vous trouverez sur la Toile une diversité de sites de services entre particuliers. Ils vous proposent de la main-d’œuvre pour le ménage, le repassage et les autres tâches ménagères.

Vous pouvez aussi compter sur l’Assurance Maladie et ses services d’accompagnement baptisé PRADO (un programme d’accompagnement au retour à domicile).

Faites appel aux prestations d’un baby-sitter ou d’une nounou pour récupérer l’aîné à la sortie de l’école.

S’octroyer un temps de répit

Nombreuses sont les femmes sujettes au baby blues ou le syndrome du troisième jour. La dépression post-partum se manifeste par de l’anxiété, de la mélancolie, des sautes d’humeur suivies d’une irritabilité.

Pour contourner cette réaction négative post-natale, entourez-vous des bonnes ondes. Prenez du temps pour vous reposer. Dormez en même temps que votre enfant. Ne tirez pas un trait sur vos habitudes avant votre accouchement : sport matinal, shopping, papotage entre copines autour d’un café…

Accordez-vous quelques instants pour vous. Profitez d’un bon massage, faites un tour chez votre coiffeur. Votre mal-être se dissipera après avoir renoué avec vos habitudes. Cependant, consultez un spécialiste si les symptômes persistent.

une mère est assise parterre sur un tapis blanc avec son bébé assis contre elle. elle sourit tout en lui montrant un nounours gris devant lui.
Bébé va monopoliser toute votre attention

Le retour à la maison avec son bébé

L’apaisement des pleurs passe par le décryptage de son message : faim, fatigue, frustration. Puis, prenez-le dans vos bras et réconfortez-le.

Les premières séances d’allaitement n’ont rien de compliqué avec le confort et l’aide de votre partenaire. Vous disposez d’ailleurs d’une alternative entre l’allaitement au biberon et l’allaitement au sein.

Le sommeil de bébé ne doit être perturbé sous aucun prétexte. Aidez votre enfant à adopter un rythme de sommeil régulier.

À la maison, votre enfant demande des soins particuliers : un toilettage quotidien, un change à chaque couche pleine et le nettoyage du cordon ombilical jusqu’à sa chute.

Pour son épanouissement, sortez-le de temps à autre des 4 murs et laissez-le découvrir son environnement. Vérifiez quand même des conditions climatiques favorables et rassemblez les équipements nécessaires avant le périple.

Afin de garantir un quotidien convivial, travaillez de concert avec votre conjoint. Sollicitez une aide externe au besoin et accordez-vous un temps de pause.

Et pour vous, comment c’est passé le retour à la maison votre bébé dans vos bras ? Avez-vous fait face à des difficultés ? Comment avez-vous organisé votre emploi du temps ? Avez-vous des conseils à partager ? Dites-les-nous dans les commentaires.

Panier
Retour haut de page