La respiration bébé quand s’inquiéter ?

Devenir parent ou l’être déjà est la plus merveilleuse des joies qui anime l’homme durant toute son existence. Cependant, cela demande beaucoup de responsabilités puisqu’il faut sérieusement veiller au bien-être de l’enfant. De ce fait, déjà à la naissance, les différents troubles en particulier respiratoires peuvent être déjà enregistrés. Heureusement, il existe quelques notions sur le fonctionnement du corps des petits dont la maitrise est informateur. À quel moment la respiration du bébé devient-elle préoccupante ? Découvrez dans cette rubrique quelques détails sur la respiration bébé quand s’inquiéter.

Comment la respiration normale se manifeste-t-elle ?

Pour une bonne croissance du bébé, la respiration s’avère primordiale. Elle est donc d’une importance vitale pour le bien-être du nourrisson. Chez le nouveau-né, elle se manifeste par l’aspiration d’oxygène et le rejet du dioxyde de carbone.

Les manifestations de la respiration en régle général

Au cours de l’échange gazeux, les deux lèvres du nourrisson doivent être unies l’une à l’autre. Le plus souvent, dans la bouche, la langue bouge vers l’avant pour toucher le palais. Pour des entrées et sorties normales, le nourrisson respire strictement par le nez. Dans de nombreux cas, la bouche du bébé est fermée, et sans ronflement. De ce fait, le processus est sans bruit et se déroule dans la tranquillité totale. Cependant, des cas d’exceptions sont possibles. Souvent, chez le nouveau-né, la respiration est d’une immaturité absolue.

Les cas d’exceptions d’une respiration normale

Chez le bébé, la respiration ne correspond pas totalement à celle des adultes. Elle se modifie pendant les premiers mois de leurs vies. Au cours du sommeil, la fréquence respiratoire peut s’avérer rapide et aussi lente. Pour une respiration ralentie et régulière, le rythme cardiaque est compris entre 120 et 140 battements par minutes. Des cas de sommeil agité peuvent subvenir avec une respiration irrégulière et rapide. Ainsi, des arrêts respiratoires allant de 10 à 15 secondes sont constatés.

Ces derniers s’avèrent normaux. Il est aussi possible que de petits bruits s’entendent au cours de la respiration de l’enfant. Ces sons peuvent être des ronflements physiologiques et considérés normaux. Cela peut être dû au relâchement des muscles de l’arrière du palais et celui de la paroi du pharynx durant le sommeil. Parfois, le bébé peut être doté d’un petit nez plat.

Dans ce cas, l’air inspiré devient bruyant. Le nouveau-né éternue pour empêcher l’entrée de la poussière et nettoyer sa muqueuse nasale. Des bruits normaux faisant penser au rhume peuvent être enregistrés chez le nourrisson. Cela est le plus souvent engendrer par l’entrée de l’air dans les fosses nasales qui peut disparaitre dans le temps. Dans ces circonstances, la respiration s’avère normale et ne nécessite aucune inquiétude.

Comment la respiration anormale se manifeste-t-elle ?

Il est important de faire une bonne observation du bébé en particulier sa manière de respirer. Lors de l’échange d’air, des signes de peine respiratoire peuvent être observés. Ainsi, il peut arriver que le nourrisson respire par son abdomen. Ce constat peut être accompagné d’une présence de creux au niveau du cou. Généralement, lorsque les bébés peinent à respirer le constat est très visuel. Un enregistrement de sueurs froides est aussi constaté lors de la respiration.

En plus, les lèvres des petits deviennent bleutées. Dans ces situations, le nouveau-né respire très faiblement et parfois se retrouve dans la nécessité de somnoler. Aussi, il est souvent difficile à un bébé de boire lorsqu’il peine à respirer, car il se fatigue rapidement. En cas de respiration anormale, le petit se retrouve souvent dans une situation de détresse respiratoire. De ce fait, il est important d’aller à l’urgence lorsque ces caractéristiques sont visibles.

Quelles sont les causes d’une respiration anormale chez le bébé ?

un papa et son enfant font un video call avec un médecin sur un ordinateur portable. le papa tient un appareil respiratoire sur le visage de son enfant et prend des notes sur un carnet avec sa main droite.
Vidéo call avec un médecin

Les causes de la respiration anormale sont nombreuses et diverses. Il existe des causes d’ordre ORL et aussi pulmonaires. Toutefois, les insuffisances cardiaques créent également chez les nourrissons le mal respiratoire.

Les causes ORL

Les causes ORL sont de plusieurs ordres et créent une respiration anormale plus concrète.

Laryngite

Le Laryngite est une forme de mal de la gorge qui apparait le plus souvent dans la nuit. La respiration est troublée à cause du gonflement de la muqueuse dû à l’étroitesse du larynx. Ici, l’inspiration est le plus souvent bruyante et lente. Généralement, lorsque la bronchite s’ajoute, l’échange gazeux devient plus fréquent. Dans certains cas, une pulsation des deux aille du nez se manifeste. L’échange gazeux du bébé devient ainsi plus rapide et difficile à supporter.

Rhino-pharyngite

Une respiration anormale causée par la rhino-pharyngite est très difficile à supporter chez les nourrissons. En effet, elle congestionne les muqueuses nasales. Ainsi, le bébé a de la peine pour respirer et est obligé d’ouvrir sa bouche. La rhino-pharyngite commence souvent par une fièvre modérée accompagnée d’une obstruction nasale. Le nez du petit semble bouché et sa température est inférieure à 39°C. Aussi un écoulement nasal semble visuel. Dans la plupart des cas, la fièvre ne dure pas plus de 72 heures.

Bronchiolite

Dans le cas d’une cause de bronchiolite, la respiration est généralement rapide et superficielle. Ici, le bébé peut être enrhumé avec son nez bouché ou un écoulement de liquide. Des cas de toux peuvent être enregistrés au départ, mais de façons modérées. Ensuite, cela peut s’accentuer au fil des temps jusqu’à ce que la respiration devienne sifflante. Dans ces circonstances, l’enfant est souvent gêné à inspirer et à expirer. La température du bébé augmente avec le temps si les mesures ne sont pas prises. Le petit a également du mal à dormir et à manger.

Épiglottite

L’épiglottite est la forme sévère de laryngite. Ici, les symptômes sont plus mis en évidence lorsque le bébé se retrouve dans une position couchée. Ceci est dû au fait que Larynx est bouché. En effet, c’est une infection qui se manifeste par une évolution rapide de l’épiglotte et des tissus ambiants. Cette évolution peut causer une obstruction des ruelles respiratoires et est rapidement fatale. Dans ce cas, les maux de gorge sont souvent observés accompagnés d’une fièvre intense. La dysphagie et un stridor inspiratoire sont les signes à mettre en évidence pour cette cause.

Les causes pulmonaires

La respiration anormale peut être aussi engendrée par des troubles pulmonaires. Ces causes sont le plus souvent liées au poumon et sont difficiles à gérer.

La trachéite

La trachéite est une irritation de la muqueuse de la trachée. Cette dernière représente le canal qui assure le passage de l’oxygène des voies respiratoires supérieures vers celles qui sont inférieures. Elle peut être aiguë ou chronique. Pour la reconnaitre, les toux sont fréquentes chez le bébé. Ce dernier dans la plupart des cas a du mal à expirer. Le sommeil du nourrisson est souvent perturbé conduisant à une insomnie totale. Par ailleurs, si la trachéite est d’origine virale, on constate parfois de la fièvre chez le nouveau-né. Une apparition de rhinorrhée peut être aussi observée.

Le pneumothorax

La respiration du bébé peut être troublée par un cas de pneumothorax. En effet, le nourrisson peut manifester des signes d’essoufflement. Dans la plupart des cas, la respiration est rapide avec une élévation de la fréquence cardiaque. Toucher la poitrine du bébé l’inflige de la douleur. En général, c’est un trouble pulmonaire et des voies aériennes. Il est considéré comme une atteinte de la plèvre pariétale ou viscérale. Les cas graves peuvent causer un affaissement du poumon occasionnant des conséquences respiratoires. Le bébé se trouve souvent en détresse respiratoire.

La bronchite

La bronchite bouleverse la respiration du bébé et se manifeste par des toux sèches ou grasses. Souvent, on enregistre aussi une fièvre modérée. Selon les médecins, cette cause peut être aiguë, parfois même ponctuelle. Elle dure généralement 2 à 4 jours. Au commencement, la toux sèche et sifflante peut devenir humide ou encore grasse. Cela peut occasionner la venue des crachats. Elle est très sévère et doit être prise au sérieux par les parents. Sa particularité est la menace qu’elle cause sur la respiration du nourrisson.

La mucoviscidose

La mucoviscidose est une cause des troubles respiratoires héréditaire parfois mortelle. Il enregistre parfois des lésions par rapport au système digestif et aux poumons. En effet, elle irrite les cellules productrices du mucus, de la sueur et des sucs digestifs. Ces différents liquides peuvent ainsi boucher les voies respiratoires causant des troubles à la respiration. Un essoufflement accompagné d’une respiration sifflante est enregistré chez le bébé. Ce dernier peut transpirer et donner une sueur salée.

La pneumopathie

La pneumopathie est l’une des causes d’une respiration anormale chez les bébés. Elle se manifeste par un essoufflement accompagné des douleurs au niveau de la poitrine. Il est aussi enregistré des toux occasionnant des crachats sales et une fièvre avec des tremblements. Une pneumopathie chez le nourrisson est majoritairement liée à une infection bactérienne et est contagieuse. De ce fait, il est primordial de la prendre au sérieux afin de protéger votre environnement. De plus, elle peut se propager et engendrer des cas de complications.

Quelles sont les approches de solutions en cas de respiration anormale chez le bébé ?

Les approches de solution en cas de respiration anormale chez le nourrisson sont nombreuses. Généralement, il faut tenir compte des symptômes pour identifier la cause afin de trouver le bon remède. Toutefois, lorsque cela semble ne pas marcher, il est conseillé de consulter un médecin.

Les solutions en cas de trachéite

Lorsque les symptômes de la respiration anormale révèlent un cas de trachéite, les approches de solution sont nombreuses. En effet, des remèdes naturels sont le plus souvent utilisés. De ce fait, une prise de l’infusion de citron et thym peut calmer les souffrances. En cas de toux nocturne, une prise de Belladona ou de coralium rubrum est conseillée. Il est aussi souhaitable d’humidifier l’air de votre chambre. Cette humidification facilite la respiration au petit. Une hydratation régulière aide également à soulager le mal, mais si ce dernier persiste, allez à l’hôpital.

Les solutions en cas de pneumothorax

vue rapprochée sur le visage d'un bébé qui porte un masque à oxygène
Masque à oxygène sur un nourrisson

En cas de pneumothorax, la meilleure solution consiste à faire disparaitre l’air qui se trouve dans la plèvre. Ainsi, une prise en charge par les docteurs spécialistes est nécessaire. Dans le cas de détresse respiratoire légère, une administration de l’oxygène est faite. Ainsi, des dispositifs comme : lunettes à oxygène et canules nasales d’oxygènes sont employées. Ces instruments permettent une bonne respiration de l’oxygène et aident le bébé à respirer normalement. Au cas où le bébé serait prématuré, un drainage est obligatoire.

Les solutions en cas de bronchite

Lorsque les symptômes du bébé révèlent la bronchite, il n’existe pas un traitement particulier. Toutefois, les antibiotiques sont conseillés en cas de surinfection bactérienne. Pour calmer la fièvre, une attribution de Doliprane est possible. Il est plus conseillé d’hydrater au mieux le bébé tout en lui nettoyant le nez. Le miel peut aussi calmer les toux. Cependant, une prise en charge à l’hôpital est la meilleure solution et il n’est pas possible de donner des médicaments au bébé sans l’avis du professionnel.

Les solutions en cas de mucoviscidose

En cas de mucoviscidose, le remède adéquat est une élimination du mucus bronchique. Elle est rendue possible grâce à la kinésithérapie respiratoire. Dans des cas, le pancréas peut être affecté occasionnant une mauvaise digestion des aliments. Ainsi, des extraits d’enzymes pancréatiques doivent être pris par le bébé avant toute alimentation. Aujourd’hui, des traitements pharmacologiques existent pour ralentir le mal. Toutefois, elles ne sont administrées qu’aux bébés ayant au moins deux mois.

Les solutions en cas de pneumopathie

Pour soigner la pneumopathie et remédier à la respiration du bébé, des apports d’oxygène sont plus fréquents. De plus, les médicaments anti-inflammatoires en particulier les corticoïdes sont souvent administrés pour un soulagement du petit.

Les solutions en cas de laryngite

Lorsque la laryngite est la cause de respiration anormale du bébé, une prise en charge est nécessaire. Ainsi, un traitement anti-inflammatoire à base de cortisone est donné au bébé. Dans le cas de détresse respiratoire critique, une injection intraveineuse doit être faite pour soulager l’enfant.

Les solutions en cas de rhino-pharyngite

Pour soulager la rhino-pharyngite chez le bébé, une automédication peut s’avérer la solution parfaite. Généralement, il est conseillé d’hydrater le bébé en l’amenant à boire beaucoup d’eau. Ensuite, assurez-vous de nettoyer chaque fois son nez à plusieurs reprises. Évitez cependant tout apport d’aspirine et d’ibuprofène. Pour les maux de gorge et autres, une prise de paracétamol peut conduire à une remédiation. De plus, lorsque la toux devient sèche et irritante, donnez à l’enfant du sirop antitussif. Pour d’autres, une succion des pastilles peut s’avérer miraculeuse.

Les solutions en cas de bronchiolite

Lorsque les causes de la respiration sont liées à la bronchiolite, un traitement spécifique pour la guérir est impossible. Toutefois, un traitement par apport naturel est envisageable. En effet, un cataplasme de farine de lin peut aider à trouver satisfaction. Elle peut être payée dans les pharmacies.

Les solutions en cas d’épiglottite

Pour soigner l’épiglottite, il est généralement utilisé dans la plupart des cas des antibiotiques. Ces derniers peuvent être administrés par voie intraveineuse durant plusieurs jours. Une fois détectée, une protection des voies respiratoires permet de limiter le risque des dangers. Cependant, elle constitue une urgence vitale pour le bébé. Ainsi, le petit doit être rapidement hospitalisé et prise en charge. Pour le traitement, une intubation transitoire est réalisée afin d’aider l’enfant à mieux respirer. Il est primordial de réduire l’épiglotte en faisant une injection de corticoïde.

A lire également : Comment survivre à la maladie en crèche ?

Quelles sont les mesures préventives pour assurer une respiration normale aux bébés ?

Pour garantir aux bébés une respiration normale, plusieurs mesures doivent être prises en compte. En effet, l’hygiène de vie est surtout importante et doit être revue ou améliorée. En tant que parent, vous devez laver correctement le bébé et vous-même. Aussi, un meilleur séchage de vos cheveux avant le coucher est conseillé. Il est important de changer les taies d’oreiller fréquemment. Ainsi, vous évitez au bébé une possible respiration d’allergène.

Il est impérativement conseillé de prendre soin des bébés et de veiller à leurs propretés. Une petite blessure doit être prise au soin et jamais délaissée. Lorsque le bébé possède des jouets et doudous, ces derniers doivent être régulièrement mis au propre. Évitez de soumettre les bébés au fumé, car une possible irritation de leurs voies aériennes peut être occasionnée. Dans ce cas, évitez de fumer à côté d’eux. La chambre des enfants doit être aérée chaque jour et mise au propre régulièrement.

Il est important de veiller à la température de la chambre pour la maintenir à 19°C. À l’âge de deux mois, vous devez vacciner les bébés contre toute forme de pathologie pouvant nuire à leurs respirations. Il est aussi important de laver régulièrement les mains à l’eau et au savon avant de prendre les bébés. Ceci évite les risques d’infections et protège le bébé. Pour plus de sécurité, l’usage de jetable est adéquat. Vous devez aussi éviter les contacts avec certains malades dont le mal est contagieux.

Respiration bébé quand s’inquiéter : en résumé

En somme, il est important à chaque parent de veiller sur la respiration des bébés. Avant de s’en inquiéter, assurez-vous que votre enfant se retrouve véritablement dans une dépression respiratoire. Si tel est le cas, il existe des approches de solution à chaque mal. Toutefois, il vaut mieux prévenir que guérir. De ce fait, les mesures préventives doivent être prises en compte. Il est important de les suivre pour vous assurer le bien, et à votre bébé.

Votre bébé a t-il eu des difficultés de respiration ? Comment avez-vous géré ? Dites nous en commentaire.

Panier
Retour haut de page