Comment savoir si mon bébé est autiste : les signes qui ne trompent pas

D’après un récent sondage, plus de 700 000 Français sont atteints de l’autisme, aujourd’hui rebaptisé Trouble du Spectre Autistique (TSA). Selon la croyance collective, l’autisme se rapproche d’un retard intellectuel. Toutefois, le handicap est bien plus complexe. Il consiste en un trouble du développement du système nerveux. Chez les enfants, les signes de l’autisme n’ont rien d’évident, alors comment savoir si mon bébé est autiste ? Cet article retrace l’évolution des symptômes depuis la naissance qui poursuit l’autiste tout au long de son enfance.

Les signes du TSA chez les bébés de 0 à 6 mois

Les manifestations infantiles de l’autisme demeurent subtiles durant les trois premiers mois. Leur perception requiert donc de la vigilance et un grand sens du détail.

Les problèmes d’interaction sociale

Avant ses 6 mois, votre bébé présente des comportements contradictoires. Il est tantôt calme tantôt surexcité. Rares sont les moments où il esquisse un sourire. Aucun son ne capte son attention.

Le bébé souffre d’une anomalie du regard. Ses yeux se perdent dans le vide. Il présente aussi un défaut de la posture et adopte un air trop raide ou trop mou.

Contrairement aux autres bébés, il refuse d’utiliser son corps en vue d’obtenir ce qu’il souhaite. À titre d’exemple, il s’abstient de pointer du doigt vers un objet pour le réclamer.

De nature craintive, un bébé autiste a horreur des lieux noir de monde et préfère les endroits calmes sans âme qui vive.

Les problèmes de communication verbale et de communication non verbale

L’apathie fait partie du quotidien d’un bébé autisme. Il sombre dans un état d’impassivité. Il refuse l’immersion dans la société.

Les parents constatent une faible vocalisation, voire une absence de babillage. Pour rappel, le babillage désigne une forme de langage infantile. Il se compose d’onomatopée et de sons simples aboutissant à la formation de sons syllabiques comme « ba ».

Des retards moteurs traduisent aussi de l’autisme. Il a des troubles de la motricité et des défauts d’ajustement. Il subit des difficultés d’endormissement et endure des troubles du sommeil. À ces signes s’ajoutent les pleurs et des cris fréquents sans raison apparente.

Les symptômes de l’autisme chez les bébés de 6 à 12 mois

Les symptômes évoluent en même temps que la croissance corporelle de l’enfant. Ainsi, son comportement n’a rien à voir avec celui d’un bébé ordinaire.

Les troubles sociaux

Son désintérêt pour son entourage s’accentue de plus belle. Il répugne les contacts physiques : les câlins et les étreintes. Le moindre contact avec un étranger déclenche des mouvements de recul et des pleurs incessants.

Lors de son interpellation, il ne répond guère à son prénom et ne daigne pas tourner la tête. Il n’affiche aucun intérêt envers ses parents et reste indifférent à leur arrivée, même après une longue absence. De plus, il ne fait aucun geste d’anticipation, à l’inverse des autres enfants qui tendent les bras quand vous allez les chercher.

Un bébé autiste n’affiche aucune attention conjointe (la capacité à partager un évènement avec les autres et à capter l’attention vers un objet pour obtenir une observation conjointe).

Les troubles de la communication

Les enfants de cette tranche d’âge apprennent à se familiariser avec leur environnement. Ils imitent les gestes des parents et commencent :

  • à faire coucou ;
  • à dire bravo ;
  • à chanter « ainsi font font font… » ;
  • à dire au revoir (avec les signes de la main).

Les bébés autistes se comportent d’une tout autre manière. Ils se désintéressent aux comportements de leurs parents et de leur entourage.

L’enfant est sensible à son environnement. Il manifeste des réactions paradoxales : une indifférence à des bruits assourdissants et une réaction exagérée à des sons à peine audibles.

Le bébé apprécie et ne peut se détacher de la routine. En outre, un changement de place des meubles ou l’introduction de nouveaux jouets dans sa chambre le met dans tous ses états. Il a aussi horreur les changements d’itinéraire pour aller à une même destination (le parc, le supermarché…).

Les signes du TSA durant la petite enfance

Le mystère plane toujours autour des sources de l’autisme. Néanmoins, ses symptômes se révèlent au grand jour de manière progressive durant la petite enfance.

un enfant avec un sweat capuche jaune est assis, de dos, seul dans l'herbe
Un enfant qui s’isole des autres est l’un des signes les plus connus

Les signes de l’autisme durant les 13 au 24e mois de bébé

Entre son 12e et son 24e mois, le développement intellectuel de l’enfant peine à suivre le rythme de sa croissance corporelle. Votre enfant éprouve une réelle difficulté à parler. Sa prise de parole se fait donc rare. De plus, il refuse de faire des gestes pour s’exprimer, d’où la difficulté de la communication.

Il reste insensible à vos tentatives d’interaction. Dans cette lancée, il dénie tout contact avec des personnes étrangères au cercle familial.

Un bébé autiste s’isole. Ses centres d’intérêt sont restreints. Il réalise d’étranges mouvements : des balancements ou des mouvements inhabituels des mains.

Profitez-en pour découvrir notre article sur comment occuper un bébé de 18 mois.

Les problèmes d’interaction

Les problèmes d’interaction s’intensifient. Bébé ignore les enfants de son âge. Craintif, timide et maladroit, il ne veut interagir avec aucun groupe d’enfants.

Il s’échine à travailler son esprit imaginatif. Il est donc incapable de se prêter à des jeux infantiles : inventer des histoires, se mettre dans la peau d’un personnage et représenter des sentiments et des émotions.

L’enfant autiste reste dans son coin. Il demeure impassible aux tentatives de rapprochement des autres enfants.

Les difficultés de communication

Malgré ses problèmes d’interaction, un bébé autiste peut parvenir à parler avec d’autres individus à sa manière. Son langage prend la forme de monologue. Il peut aussi monopoliser la conversation.

Il emploie parfois une voix atone, criarde ou arythmique, avec un ton monocorde et une parole dépourvue de variation.

L’inversion pronominale est un signe manifeste de l’autisme chez les enfants en bas âge. Il utilise le « tu » pour faire référence au « je ».

Les manifestations de l’autisme chez bébé de 24 mois

L’enfant subit de petites maladresses sociales. Ses mouvements sont atypiques. Il branle de la tête, il garde la bouche ouverte, il sort la langue, il fléchit les doigts…

Il affiche des problèmes comportementaux. Il s’automutile. Il n’a pas la mainmise sur ses émotions. Ainsi, il est souvent sujet à des crises.

Sa manière de s’amuser sort de l’ordinaire. Il s’attache à une partie de ses jouets, comme à la roue de sa petite voiture ou à un membre de sa poupée. Le retrait de ces objets le déstabilise.

Habitué à la monotonie, il insiste à respecter à la lettre des actes routiniers : un même horaire de bain ou un même alignement des peluches… Il devient inconsolable à la moindre nouveauté.

La « main outil » fait partie de ses habitudes. Le phénomène consiste à utiliser votre main pour attraper un objet.

Les symptômes du TSA tout au long de l’enfance

Malgré les symptômes du TSA, la communication s’établit entre l’enfant et ses parents. Il arrive même à partager ses sentiments.

Les signes de l’autisme chez les bébés de 2 à 6 ans

Au fil du temps, les signes de l’autisme deviennent évidents. L’enfant souffre d’un retard, voire d’une absence de langage.

Malgré ses efforts de communication, il adopte un langage non verbal inapproprié (un sourire à un malheur, des pleurs à un évènement joyeux…).

Le phénomène d’écholalie s’intensifie de plus belle. L’enfant répète en boucle les mots et les phrases de ses parents.

Il enchaîne les gestes répétitifs et compulsifs, comme battre des mains, se balancer et tourner en rond.

Son angoisse de l’imprévu s’accroît. L’enfant conteste toute activité qui sort de sa routine. Il a besoin de rituels.

L’évolution des signes de l’autisme en milieu scolaire

L’immersion dans le milieu scolaire est un défi de taille pour un enfant autiste. La vie en communauté le perturbe. À cause de son handicap, il s’isole. Il développe des comportements compulsifs.

Les attitudes atypiques ne peuvent échapper aux personnels scolaires. En leur qualité d’experts, ils proposeront un entretien avec le médecin scolaire. Leur aide vous sera donc d’un grand secours dans le cadre d’un diagnostic.

Au fil des ans, les signes infantiles de l’autisme s’éclaircissent. L’enfant révèle :

  • des difficultés d’expression de ses sentiments ;
  • une incompréhension des conventions sociales ;
  • un manque d’empathie ;
  • un intérêt obsessionnel pour un sujet précis ;
  • des difficultés de compréhension du second degré ;
  • une incompréhension du langage abstrait.

Une collaboration entre les parents et le personnel scolaire conduira à une meilleure insertion de l’enfant dans le milieu scolaire.

Les signes de l’autisme à tous les âges

Les signes classiques du TSA se révèlent durant l’adolescence. L’adolescent évite tout contact visuel.

Il a du mal à comprendre les sentiments. Il souffre d’un retard de développement du langage et se donne beaucoup de peine pour s’exprimer.

Pour communiquer, il répète des mouvements physiques, comme le balancement du corps et la torsion des membres.

L’écholalie s’agrandit, mais devient pratique. À travers la répétition, l’enfant démontre sa compréhension des messages.

La vie scolaire est faite de routine qu’il embrasse volontiers. Cependant, les activités parascolaires troublent son bonheur routinier.

https://fr.freepik.com/photos-premium/petit-garcon-autiste-dans-salle-bain-jouant-bus-jouet_7960681.htm#page=1&query=b%C3%A9b%C3%A9%20autiste&position=1&from_view=search

plan rapproché d'un enfant assis dans une baignoire avec devant lui des bus miniatures
Un enfant autiste qui joue dans son bain

Les symptômes du TSA tout au long de la vie de l’autiste

L’autiste s’isole du reste du monde, en dehors de ses parents. Son incapacité à analyser les émotions des autres et son incompréhension des expressions du langage facial, du mensonge et du second degré conduisent à un isolement. Il n’a aucun ami et ne peut intégrer un groupe.

Son quotidien est ponctué de mouvements répétitifs, comme le fait de tourner, de se mordre les mains et de se balancer.

Un autiste est enclin à des problèmes sanitaires : une épilepsie, de l’anxiété, des troubles de l’apprentissage, des troubles du sommeil et une dépression.

Cerner les signes de l’autisme selon le sexe de bébé

Les indices d’un éventuel TSA dépendent aussi du sexe. Si les filles sont plus sournoises, les garçons ne peuvent pas dissimuler leur handicap.

Les signes du TSA chez les filles

Les signes du trouble du spectre autistique sont difficiles à cerner chez les petites filles. Elles possèdent en effet une grande capacité d’adaptation.

L’incompréhension du plan relationnel et des normes sociales sont les traits spécifiques de l’autisme. Pourtant, elles réussissent tant bien que mal à se faire comprendre et à comprendre les autres. Avec beaucoup d’efforts, elles peuvent tisser et entretenir des liens d’amitié avec d’autres enfants.

Leur capacité d’adaptation camoufle leur handicap, même si leur timidité a souvent raison de leur adaptabilité. Dans ce cas, elles se mettent en retrait. Ainsi, une timidité maladive peut vous mettre la puce à l’oreille.

Les symptômes du TSA chez les garçons

Un garçon autiste adopte un comportement inadapté face à une situation ordinaire. À titre d’exemple, lors des jeux en groupe, il s’isole et préfère aligner les jouets plutôt que de s’amuser avec ses camarades.

L’enfant éprouve une grande difficulté de communication verbale et de communication non verbale. À l’inverse des filles autistes, les garçons sont incapables de s’accoutumer à la vie en communauté.

L’enfant ne montre aucun sentiment à l’égard des autres, y compris de ses parents. Ses réactions vous sont aussi inappropriées. Il rit à la vue d’un enfant qui pleure. Il devient immobile quand vous essayez de lui arracher un sourire.

Comment diagnostiquer l’autisme chez les bébés ?

L’autisme consiste en un trouble neurodéveloppemental qui affecte la sociabilité, le langage ainsi que les développements moteurs et sensoriels. Le dépistage et le diagnostic sont possibles chez les bébés, à condition d’être réalisés à temps.

Le dépistage de l’autisme infantile

Le dépistage et le diagnostic portent souvent à confusion. Le dépistage renvoie à l’identification des signes de la maladie. Le diagnostic met en lumière les démarches médicales visant à désigner avec un terme scientifique l’ensemble des symptômes.

Plusieurs outils de dépistage repèrent les symptômes de l’autisme chez l’enfant, le plus connu étant le test M-Chat (Modified Check-list for Autism in Toddlers). Il prend la forme de questionnaire qui gravite autour du comportement de l’enfant.

Dans l’optique d’un dépistage précoce, les associations comme Autistes sans Frontières et Autisme France distribuent des tracts à l’attention des professionnels de la petite enfance. Les documents expliquent les signes d’alertes et les comportements à surveiller.

Par ailleurs, le dépistage de l’autisme chez les enfants est au cœur de nombreux débats dans le milieu professionnel. Certains psychologues craignent un risque d’étiquetage de l’enfant, tandis que d’autres sont en faveur de la confirmation du handicap.

Les examens indispensables au diagnostic de l’autisme chez bébé

Le diagnostic de l’autisme est complexe et essentiellement clinique. Il s’appuie sur des observations du comportement de l’enfant selon son âge et sa proximité avec ses parents. Malgré les dépistages précoces, le diagnostic ne peut être fiable qu’à partir de 2 ans.

Une série d’examens est nécessaire :

  • un test de langage selon l’âge de l’enfant ;
  • une évaluation de l’audition ;
  • une évaluation de la vue ;
  • une IRM du cerveau ;
  • un bilan orthophonique (en cas d’anomalie de la communication) ;
  • des examens métaboliques ;
  • des examens électroencéphalogramme (en cas d’épilepsie).

À ces analyses s’ajoutent des examens spécifiques :

  • des tests psychomoteurs ;
  • des tests neuropsychologiques ;
  • l’ADOS ou l’ADI-R ;
  • des tests de communication.

En plus du médecin traitant, un pédopsychiatre intervient au diagnostic du patient.

Le diagnostic de l’autisme chez bébé

L’autisme est sujet à confusion avec d’autres troubles, en l’occurrence le trouble de l’audition, de la vision, du langage et du développement. Il est également proche d’une affection neurologique et des troubles neurodéveloppementaux.

Son diagnostic est le fruit d’un travail de concert entre plusieurs professionnels (pédopsychiatre, professionnels de la rééducation, psychologues…), mais le médecin traitant est au cœur du traitement. Ce dernier se concentre sur la motricité et à la capacité de communication de son patient. Après les questionnaires et les tests, il oriente l’enfant vers une consultation spécialisée en vue de confirmer le diagnostic.

Au terme des examens arrivent les premières interventions de rééducation et de socialisation.

Tout au long du processus, parents et professionnels médicaux se mobilisent pour garantir le succès de l’intervention.

un enfant est assis, de dos, sur une balançoire, dans un parc de jeux
Au parc, il préfère s’isoler plutôt que d’interagir avec les autres enfants

Comment savoir si mon bébé est autiste : un véritable défi

Les signes du trouble du spectre autistique chez les enfants sont similaires à ceux des adultes. L’enfant connaît des difficultés d’interaction. Il a du mal à se fondre dans la foule. Il déteste les regroupements, mais prend un réel plaisir à s’isoler.

Il se crée des routines auxquelles il s’attache avec ardeur. Il exècre les changements de ses habitudes. Un petit imprévu provoque chez lui des crises d’angoisse. Il manifeste des réactions et des gestes inappropriés en public. De plus, les signes semblent plus évidents chez les garçons que chez les filles.

Par ailleurs, la prudence est de mise lors du diagnostic, car le handicap est souvent confondu avec les troubles du langage, de la communication et du comportement.

Et vous, quels sont, à votre avis, les signes de l’autisme chez les bébés et les enfants ? Avez-vous connu des bébés autistes dans votre entourage ou dans votre famille ? Racontez-nous votre expérience dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Posts similaires

Panier
Retour haut de page

-10% DE RÉDUCTION IMMÉDIATE

+1 chance de remporter un produit gratuitement

Entrez votre adresse mail et obtenez 10% de réduction sur votre commande immédiatement ainsi qu’une chance de remporter un produit gratuit.